L’idée de cet article m’est venue alors qu’il est très difficile de trouver des commentaires sur ces structures qui proposent de vous former en un temps record aux métiers du numérique.En postulant à Armor Code je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait.

  • À quel type de profil cette formation s’adresse-t-elle ?
  • Comment les sélections se passent-elles ?
  • Comment la formation se déroule-t-elle concrètement ?
  • À la sortie qu’a-t-on appris et quel niveau à-t-’on ?

Autant de questions que je me suis posées et auxquelles je peux désormais apporter des éléments de réponses.

image-43ter

À quel type de profil cette formation s’adresse-t-elle ?

Armor Code propose de vous former à deux titres professionnels de niveau Bac+2 reconnus d’état. Celui de Développeur Web & Web Mobile et celui de Designer Web.

Si vous êtes novice en la matière je vous recommande de bien vous renseigner sur ces deux métiers. En effet, si votre candidature est retenue il vous faudra rapidement faire un choix sur le titre que vous souhaitez passer, sachant qu’il ne sera possible d’en passer qu’un seul et impossible de revenir sur ce choix.

Les 17 apprenants qui ont suivi la formation avec moi venaient toutes et tous de milieu professionnel différents. Certains étaient déjà diplômés, d’autres pas. La tranche d’âge s’étendait de 18 à 45 ans.

En intégrant Armor Code en février 2018 j’avais 44 ans et seulement un niveau BEP électronique. Mes expériences professionnelles ont cependant toujours tournées autour du numérique : Technicien en maintenance informatique, formateur en musique assistée par ordinateur puis assistant de production audiovisuelle. Je n’avais cependant pourtant jamais rentré une seule ligne de code et ne possédais qu’une très vague idée de ces métiers.

Pour prétendre participer à cette formation, Il n’est donc pas nécessaire d’avoir le bac ni même d’avoir d’expérience dans le domaine. L’âge et le sexe ne font pas partie des critères de sélections. La chose qui sera principalement prise en compte est : votre détermination.

Comment les sélections se passent-elles ?

Lors de mon inscription sur le site d’Armor Code en décembre 2017, il fallait répondre à quelques questions, envoyer un CV ainsi qu’une lettre de motivation. Pour parvenir à être sélectionné, il était également obligatoire de suivre des cours en ligne sur le site CodeCademy et atteindre un certain niveau dans les langages HTML, CSS, JavaScript et PHP. Ceci constituant la première phase de sélection.

Ces cours en ligne m’ont permis de constater que ces langages étaient tout à fait abordables. Je dois tout de même préciser que cela demande un fort investissement personnel et beaucoup d’assiduité. J’y ai pour ma part consacré plusieurs heures par jour pendant 2 mois.

Si les premiers exercices vous rebutent, alors ce type de formation n’est probablement pas fait pour vous et passez votre chemin. À contrario, si comme cela a été mon cas, vous commencez à cogiter entre chaque exercice et que vous ne pensez plus qu’à progresser, que cela provoque chez vous un fort engouement, alors accrochez- vous et foncez tête baissée.

Suite à ces exercices réalisés en ligne j’ai eu la chance de voir ma candidature retenue et j’ai été convoqué pour la seconde phase de sélection.

Lors de cette seconde phase, j’ai passé plusieurs entretiens et ceci afin de principalement mesurer le degré de motivation. Il m’a été dès le début précisé que cette formation était particulièrement intensive et qu’il fallait ni plus ni moins s’attendre à en “baver”. Mais j’y reviendrai plus loin…

S’en est suivi un test de cohésion de groupe, test consistant à mesurer l’esprit d’initiative et la faculté de gestion de répartition des tâches. Je ne vous révélerai pas le contenu de ces tests, pensez seulement à ressortir vos boîtes de Lego.

Comment la formation se déroule-t-elle ?

Dès le premier jour, une fois les présentations faites, il faut vous attendre à rentrer rapidement dans le vif du sujet.

Une période d’immersion appelée “la prairie”’ se déroulera sur une période de trois semaines. Durant la prairie vous serez volontairement livré à vous-même. Très peu de cours théoriques, beaucoup de lecture et d’exercices. L’entraide entre apprenants devient de ce fait une nécessité. Cette entraide ainsi qu’une bonne cohésion ont été pour ma part essentielles à la réussite de ce projet.

La politique pédagogique de cette formation a été de rendre les apprenants le plus autonomes possible. Tout au long de cette formation il vous faudra dans un premier temps chercher seul les solutions à votre problème, éventuellement demander de l’aide à vos collègues si vous êtes toujours bloqué et en dernier recours faire appel aux formateurs.

Concernant Armor Code #2 nous avons débuté cette période par la gestion de bases de données via le langage SQL. Autant dire qu’il faut s’accrocher dès le départ car tout retard sera difficilement rattrapable. Le rythme est très soutenu et il le reste jusqu’au dernier jour de formation.

À la fin des trois premières semaines, vous devrez choisir le titre que vous souhaitez passer.

Trois semaines passent très vite.
Pour peu que vous ayez auparavant effectué un travail de réflexion vous aurez logiquement toutes les cartes en main pour prendre une décision. Me concernant, ayant une forte attirance pour les langages Front-End et le graphisme, j’ai tout naturellement décidé de passer le titre de Designer Web.

À ce moment je n’avais malgré tout pas encore évalué les compétences qu’il fallait pour prétendre exercer ce métier.

Un Webdesigner digne de ce nom doit de nos jours maitriser entre autre, les outils liés au graphisme (Illustrator, Photoshop, InDesign, etc.), à l’animation (after effect, Première), et aussi les langages Front End et leurs Framework (Html, Css, Js, Bootstrap, JQuery, etc.), ainsi que les CMS type Wordpress.

Il doit être en mesure d’optimiser le référencement d’un site, établir un cahier des charges et une charte graphique, avoir des notions des langages back-end (Php, Sql), savoir effectuer une veille professionnelle et avoir des bases en Webmarketing, etc.

Vous verrez toutes ces choses et bien d’autres encore durant la formation. Sachez que quel que soit le choix que vous aurez fait, tous les cours se font en commun. Ainsi les personnes qui ont décidé de passer le titre de WebDesigner suivent les mêmes cours que les développeurs logiciel et réciproquement.

Cela permet d’avoir les notions nécessaires dans les deux domaines et vous servira très certainement dans le futur (nombres d’entreprises cherchent un employé polyvalent).  Malgré tout, cela demande durant toute la formation un investissement personnel important à ne surtout pas sous-estimer. En plus des 35 heures de formation hebdomadaire je n’ai pas hésité à travailler près de 30 heures supplémentaires chaque semaine afin de rester à niveau et de progresser sur mes points faibles. Prévoyez également d’avoir à passer plusieurs ECF (évaluation en cours de formation). Elles ont pour objectif de vous permettre ainsi qu’aux formateurs de révéler vos éventuelles lacunes et/ou points à améliorer.

Pendant cette formation plusieurs jours de FOAD (formation ouverte et à distance) ont été programmés par les formateurs. Ils se distinguent des cours sur place vous permettant de travailler sur les exercices demandés depuis votre domicile.

Durant Armor Code #2, deux périodes de 15 jours chacune devaient être effectuées en entreprise. Si le cas se présente, vous aurez donc à chercher une entreprise qui vous prendra comme stagiaire.

Ces périodes de stages vous feront travailler sur des projets concrets et vous devrez rendre des comptes à un client ou à un supérieur.

Pour ma part cette expérience a été particulièrement enrichissante car elle vous plonge littéralement au cœur du métier.

Vous aurez également à monter un dossier professionnel pour passer votre titre. Ce dossier devra remplir toutes les activités types demandées. Il devra contenir des exemples de réalisations que vous aurez effectuées. N’hésitez pas à compléter ce dossier au fur et à mesure, car nous avons toutes et tous eu tendance à sous-estimer le temps nécessaire à sa réalisation.

Vous l’aurez compris cette formation est particulièrement intensive et même si elle provoque inévitablement des périodes de doute, je peux désormais affirmer qu’elle en vaut définitivement le coup.

Si la période de prairie passe vite, les sept mois de formation passent eux à une vitesse fulgurante. Vous vous retrouverez plus vite que vous ne le pensiez à quelques jours de passer votre examen.

Si vous vous êtes donné à fond, que vous avez tout assimilé, que votre motivation est restée intacte alors pas de panique. Sachez que le taux de réussite pour cette promotion a été de 87,5%.

Grâce à mon acharnement, j’ai obtenu le titre professionnelle de niveau III, Designer Web.

À la sortie qu’a-t-on appris et quel niveau a-t-on ?

Je peux témoigner du fait que l’on apprécie le niveau atteint au bout de ces 7 mois. Passer de l’incapacité d’écrire une ligne de code à réaliser entièrement un site web est très gratifiant.

Cette formation n’a bien évidement pas la prétention à former des ingénieurs et il me reste nombre de choses à apprendre. Elle est cependant un véritable tremplin. Car en obtenant votre titre elle vous ouvrira des portes jusque là inaccessibles. Le niveau Bac +2 vous permettra par exemple de poursuivre votre formation à un niveau supérieur, elle offrira également la possibilité de répondre à un certain nombre d’offres d’emplois. Ce secteur manque de main d’œuvre et une entreprise n’hésitera pas à vous former en interne pour améliorer vos compétences et par conséquent pourvoir à ses besoins.

En conclusion

Cette formation est loin d’être de tout repos, vous savez maintenant qu’il vous faudra pleinement vous investir, que votre détermination et votre persévérance seront fondamentales.

Elle a l’incontestable avantage de donner accès à un titre professionnel sans critère de diplôme, d’âge ou de genre. Elle permet également d’effectuer un véritable changement d’orientation professionnelle.

Je suis pleinement satisfait d’avoir pu suivre cette formation et je ne regrette pas de m’être autant donné jusqu’au bout, car mon travail a été payant et je dispose aujourd’hui d’un titre qu’il m’aurait été difficile voir tout simplement impossible d’obtenir par d’autres biais.

Si les mots motivation, détermination, persévérance, volonté ne vous effraient pas, alors n’hésitez plus.

Je profite de cet article pour remercier chaleureusement :

  • Adrien Arnaud qui a été responsable du recrutement et qui m’a fait confiance.
  • Les formateurs et tout particulièrement Sébastien Drouin qui a su me transmettre la passion du webdesign et qui s’est investit pleinement pour notre réussite.
  • Les apprenant(e)s qui m’ont accompagné dans cette aventure et dont le soutient fut primordial.

Samuel RYPKO – Webdesigner 🙂